Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au menu "En pratique" | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

Actualités

Accueil ActualitésRésultats du suivi chlorures 2015

Résultats du suivi chlorures 2015

Publié le 19 mai 2016

La gestion des nappes de la plaine du Roussillon doit nécessairement passer par la surveillance de la qualité des eaux souterraines sur la bordure du littoral vis-à-vis du risque d’intrusion d’eau saline dans l’aquifère (plus d’informations ici). En effet, cette intrusion est irréversible à l’échelle humaine. Un réseau de suivi a ainsi été mis en place à partir de 1982. Cette surveillance est réalisée à partir de mesures de la conductivité et des teneurs en chlorures des formations pliocènes à fréquence annuelle sur environ 120 forages situées à moins de 5 km des étangs littoraux et de la mer, entre l’étang de Salses-Leucate et l’embouchure du Tech. Le rapport d’étude de la campagne de prélèvement 2015 est disponible en téléchargement.

JPEG - 1.2 Mo
Répartition géographique des concentrations en chlorures dans les eaux du Pliocène aux de septembre 2015

Cette campagne chlorures 2015 n’avait pas pour objet de dresser un bilan général complet des teneurs en chlorures des nappes du Pliocène sur la bordure côtière de la plaine du Roussillon. En effet, aucune évolution globale n’étant observée d’une année sur l’autre, seuls les ouvrages situés dans des secteurs les plus sensibles vis-à-vis des chlorures ont fait l’objet de prélèvements pour analyse en 2015.

Les résultats 2015 montrent globalement des résultats et des tendances comparables à 2014. On n’observe pas de contamination généralisée des nappes du Pliocène par les chlorures, mais des contaminations localisées aux chlorures sur 2 secteurs : secteurs de la Salanque (Le Barcarès-Torreilles-Ste Marie), et à l’ouest de l’étang de Canet/Saint-Nazaire.

La présence des chlorures sur le secteur de la bordure littorale de la Salanque semble avoir 2 origines différentes :

  • La première concerne l’exploitation intensive durant l’été de forages sollicitant la nappe N3 à proximité de la mer. En effet, l’augmentation des prélèvements durant la période estivale implique des rabattements de nappe important. Etant donné la proximité de certains ouvrages avec la mer (moins de 700m), des inversions de drainance peuvent se produire engendrant une contamination lente mais continue de la nappe N3 du Pliocène.
  • La seconde origine provient de l’existence de forages défectueux, comme cela doit être le cas au sud de la commune de Le Barcarès. En effet, dans ce secteur, il existe une importante densité d’ouvrages. Certains ouvrages sont défectueux car ils sont vétustes (corrosion des aciers dans le temps notamment) et/ou mal conçus (multi-crépinage ou absence de cimentation de l’espace annulaire). Ainsi, ils peuvent hydrauliquement connecter différents niveaux aquifères (par exemple le Quaternaire saumâtre du secteur de Le Barcarès avec le Pliocène) ou bien les eaux de surface avec les eaux souterraines. Ce phénomène s’accentue ces dernières années dans la partie sud de la commune de Le Barcarès, qui devient un secteur clairement problématique.

Dans le secteur à l’ouest de l’étang de Canet/Saint Nazaire, les premiers horizons aquifères du Pliocène jusqu’à 30 m de profondeur semblent contaminés aux chlorures. Le nombre de données n’est pas suffisant pour avoir une bonne lisibilité sur l’ensemble du secteur. Concernant les horizons aquifères plus profonds du Pliocène, au-delà d’une trentaine de mètres, les prélèvements réalisés montrent une absence de contamination de la nappe par les chlorures.

Les documents attachés

pdf

Rapport de la campagne de suivi des chlorures de l’année 2015

Document PDF - 3.6 Mo - Publié le 19 mai 2016
Télécharger le document
 Haut de page