Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au menu "En pratique" | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

Actualités

Accueil ActualitésSuivi chlorures 2016

Suivi chlorures 2016

Publié le 7 février 2017
JPEG - 398.3 ko
Répartition géographique des concentrations en chlorures du Pliocène (été 2016)

Pour le Pliocène, les résultats de la campagne chlorures 2016 montrent globalement des résultats et des tendances comparables aux dernières années. On n’observe pas de contamination généralisée des nappes du Pliocène par les chlorures, mais des contaminations localisées aux chlorures sur 3 secteurs : secteurs de la Salanque (Le Barcarès-Torreilles-Ste Marie), à l’ouest de l’étang de Canet/Saint-Nazaire et Salses Nord. _

Concernant la Salanque, tous les points présentant des concentrations non naturelles en chlorures (supérieures à 50mg/l) se trouve dans une zone partant de Port Leucate jusqu’au bourg de Saint Laurent de la Salanque et Torreilles village (cf. illustration n°6 page 12).

Les fortes teneurs en chlorure du Quaternaire sur les communes de Le Barcarès et l’est de Saint Laurent de la Salanque pourraient expliquer certaines contaminations du Pliocène, notamment autour des campings du Barcarès. En effet, il y existe une importante densité d’ouvrages. Certains ouvrages sont défectueux car ils sont vétustes (corrosion des aciers dans le temps notamment) et/ou mal conçus dès l’origine (multi-crépinage ou absence de cimentation de l’espace annulaire). Ainsi, ils peuvent hydrauliquement connecter différents niveaux aquifères notamment le Quaternaire saumâtre avec le Pliocène.

Ce phénomène s’accentue ces dernières années dans la partie sud de la commune de Le Barcarès, qui devient un secteur clairement problématique. Les teneurs en chlorures augmentent rapidement dans de nombreux ouvrages situés dans la nappe N3 du Pliocène, vers 60m de profondeur, dépassant largement les normes de potabilité, alors que la ressource est naturellement de bonne qualité. Il est à craindre une pollution irréversible de l’ensemble de la nappe 3, vers 60 m de profondeur, de l’ensemble de ce secteur sud Barcarès.

Sur Sainte Marie (AEP F4) et Torreilles (AEP F4), les augmentations en chlorures ne sont pas liés au Quaternaire : les concentrations dans les eaux du Pliocène sont supérieures à celle du Quaternaire. Ces contaminations ne provenant pas de la surface, il se peut donc que le Pliocène soit ici contaminé par des « langues » de biseau salé.

Pour le forage CF3 Port Leucate, la proximité de la mer et de l’étang ainsi que la présence d’une nappe quaternaire saumâtre peuvent être à l’origine de la contamination lente mais progressive de l’ouvrage.


Dans le secteur à l’ouest de l’étang de Canet/Saint Nazaire, les premiers horizons aquifères du Pliocène jusqu’à 30 m de profondeur semblent contaminés aux chlorures. Le nombre de données n’est pas suffisant pour avoir une bonne lisibilité sur l’ensemble du secteur. Concernant les horizons aquifères plus profonds du Pliocène, au-delà d’une trentaine de mètres, les prélèvements réalisés montrent une absence de contamination de la nappe par les chlorures.


Concernant le 3ème secteur contaminé, situé dans la partie nord de Salses-le-Château, la présence de chlorures dans le Pliocène est à rattacher à l’existence de relation hydraulique avec le karst des corbières dont les deux principales émergences (sources de Font Estramar et Font-Dame) ont une forte salinité. Depuis le début du suivi, l’évolution des concentrations en chlorures est toutefois à la hausse sur plusieurs ouvrages du secteur, toujours en liaison avec la source Font Estramar.

Les documents attachés

pdf

Rapport de la campagne de suivi des chlorures de l’année 2016

Document PDF - 6.4 Mo - Publié le 7 février 2017
Télécharger le document

Les images jointes

Répartition géographique des concentrations en chlorures du Quaternaire (été 2016) - PNG - 447.4 ko
Répartition géographique des concentrations en chlorures du Quaternaire (été 2016)
 
 Haut de page