Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au menu "En pratique" | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

Nappes et nappes

 

L’eau souterraine est présente dans différents type de réservoir, en fonction de la nature des terrains et des écoulements qui s’y développent. Les nappes les plus nombreuses et les plus exploitées sont de loin les nappes en « milieu poreux ». C’est le cas des nappes de la plaine du Roussillon.

Nappes en milieu poreux

L’eau sature les vides entre les grains de matière et circule entre eux. Ces nappes se situent donc souvent dans des terrains sédimentaires (sables, graviers, etc.).

Il s’agit de loin des nappes les plus courantes et les plus exploitées (nappes alluviales par exemple). Lorsqu’elles sont proches de la surface, on parle de nappe phréatique.

Dans ce type de nappes, les débits d’exploitation peuvent être importants.

Les nappes de la plaine du Roussillon sont des nappes en milieu poreux : l’eau s’écoule dans les alluvions des cours d’eau (nappes quaternaires) et dans les terrains sableux plus profonds (nappes du Pliocène).

 L'eau en milieu poreux circule entre les grains de matière  - JPEG - 6.7 ko
L’eau en milieu poreux circule entre les grains de matière
 Terrain poreux du Pliocène affleurant à Nefiach  - JPEG - 17.7 ko
Terrain poreux du Pliocène affleurant à Nefiach

Nappes de fissures

L’eau circule dans les fissures de la roche. Ces nappes se situent généralement dans les terrains cristallins et métamorphiques (granites, schistes etc.) peu perméables. L’eau est présente de manière « discontinue » dans le sous-sol à la faveur des fissures présentes.

Dans ce type de nappes, les débits d’exploitation sont généralement faibles à modérés.

A proximité de la plaine du Roussillon, des nappes de fissures existent dans les terrains granitiques situés dans le Conflent et le Capcir par exemple.

 L'eau circule dans les fissures des roches imperméable  - JPEG - 9.4 ko
L’eau circule dans les fissures des roches imperméable
 Roches fissurées dans lesquels circule l'eau  - JPEG - 13.7 ko
Roches fissurées dans lesquels circule l’eau

Aquifères karstiques

Situés dans les massifs carbonatés (calcaire, craie, dolomie, etc.), les aquifères karstiques résultent de la dissolution de la roche carbonatée par l’eau : l’eau acquiert l’acidité nécessaire à la mise en solution de la roche en se chargeant de gaz carbonique (CO2) produit dans les sols par les végétaux et colonies bactériennes. Il en résulte une fissuration de la roche qui peut aller jusque la création de rivières et de lacs souterrains. C’est l’image de l’eau souterraine la plus courante dans l’imaginaire collectif mais c’est loin d’être la ressource la plus répandue.

Dans ce type de nappes, les débits d’exploitations sont très variables.

A cheval entre le département des Pyrénées Orientales et de l’Aude, un aquifère karstique est présent à proximité de la plaine du Roussillon : le karst des Corbières. Il est en lien direct avec les nappes du Pliocène qu’il alimente sur la partie nord de la plaine.

 L'eau circule dans des galeries souterraines  - JPEG - 6.2 ko
L’eau circule dans des galeries souterraines
 Exemple de résurgence karstique - JPEG - 10.7 ko
Exemple de résurgence karstique