Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au menu "En pratique" | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

Pour aller plus loin

 

Les nappes en « milieu poreux » sont les plus exploitées. Voici quelques notions pour aller plus loin.

Nappes libres / Nappes captives

JPEG - 70.1 ko
Coupe schématique présentant une nappe libre et une nappe captive
  • Nappes libres
    Les nappes libres sont caractérisées par un niveau d’eau qui peut varier librement en fonction des apports et des prélèvements. Il s’agit souvent de nappes proches de la surface.

Dans la plaine du Roussillon, les nappes alluviales (nappes quaternaires), sont généralement des nappes libres.

  • Nappes captives
    Les nappes captives sont caractérisées par la présence d’une couche imperméable au sommet de l’aquifère (on parle du toit de l’aquifère).

L’eau de la nappe est alors « emprisonnée » entre les terrains imperméables, ce qui engendre sa mise sous pression. Ceci se traduit, lorsque l’on perce le toit imperméable de l’aquifère, par une remontée de l’eau : on parle de forage artésien. Si la pression est suffisamment importante, l’eau d’un forage captif peut atteindre la surface du sol : on parle de forage artésien jaillissant.

Dans la plaine du Roussillon, les nappes pliocènes sont captives. Elles peuvent même localement, être jaillissantes.

Niveau d’eau et cartes piézométriques

JPEG - 149 ko
Exemple de carte piézométrique réalisée dans le Roussillon en 1976 (données BRGM)

Pour surveiller l’état des nappes, la mesure des niveaux d’eau est essentielle : elle est réalisée grâce à un piézomètre. On parle donc de mesure piézométrique. Réalisée régulièrement, cette mesure permet d’apprécier l’évolution dans le temps du niveau d’une nappe en un point donné.

En réalisant concurremment plusieurs mesures en différents points de la nappe, on peut bâtir une cartographie de la surface de la nappe : la carte piézométrique. Ces cartes sont essentielles pour connaître le fonctionnement des nappes : en plus du sens d’écoulement, elles permettent d’estimer la vitesse de l’eau connaissant la perméabilité de l’aquifère.

Perméabilité et porosité

Deux propriétés majeures permettent de caractériser un aquifère :

  1. Sa perméabilité : cette grandeur traduit la capacité de l’aquifère à se laisser traverser par l’eau.
  2. Son coefficient d’emmagasinement : cette grandeur permet d’apprécier le volume d’eau qui peut être prélevé pour un volume d’aquifère donné. Ce coefficient se rapproche de la notion de porosité.

Plus ces grandeurs sont élevées, plus la nappe est propice à l’exploitation. Mais au final, c’est la capacité de recharge de l’aquifère qui conditionne les possibilités de prélèvements.