Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au menu "En pratique" | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

Nappes pliocènes

 

Les nappes du Pliocène sont des nappes profondes et naturellement isolées de la surface. Malgré ces protections naturelles, des problèmes quantitatifs et qualitatifs existent.

Des nappes présentes sur l’ensemble de la plaine du Roussillon

JPEG - 111.1 ko
Localisation des nappes pliocènes en Roussillon, sur 900 km²

Les nappes du Pliocène constituent des nappes « profondes » : elles peuvent atteindre 200 m de profondeur. Sur la majorité du territoire, elles sont recouvertes par les alluvions quaternaires.

Excepté à leur base où les niveaux sableux peuvent être épais, les nappes du Pliocène se présentent sur leur épaisseur comme une multitude de lentilles sableuses, gorgées d’eau, et plus ou moins connectées entre elles. Elles sont noyées dans une matrice argileuse peu perméable. Le toit argileux du Pliocène rend ces nappes captives et les isole donc de la surface et des nappes quaternaires.


 Forage du pliocène artésien jaillissant sur la commune de Bages  - JPEG - 24.4 ko
Forage du pliocène artésien jaillissant sur la commune de Bages

Cet aspect captif explique qu’autrefois les forages dans le Pliocène étaient très souvent jaillissants, notamment en Salanque et en Illibéris.

Ce phénomène a aujourd’hui quasiment disparu du fait des importants prélèvements réalisés. Localement, il est cependant encore possible d’observer ce phénomène, essentiellement en période hivernale.

Des nappes isolées de la surface

JPEG - 81.4 ko
Coupe d’Ouest en Est schématisant le fonctionnement des nappes pliocènes

Isolées de la surface, l’infiltration des eaux de pluie n’est pas suffisante pour alimenter ces nappes profondes. D’autres types d’alimentation existent :

  • Sur la partie amont de la plaine, entre Bouleternère et Saint Féliu d’Amont notamment, la Têt et sa nappe quaternaire s’infiltrent en partie dans les horizons pliocènes ;
  • Les massifs périphériques, et en particulier le karst des Corbières (cf. autres ressources) sur la partie nord de la plaine, permettent une réalimentation importante des nappes pliocènes.

Ces nappes s’écoulent d’Ouest en Est, en direction de la Méditerranée qui constitue son exutoire naturel. Les liens entre nappes et Méditerranée sont cependant mal connus. Il convient donc d’être prudent pour éviter une éventuelle intrusion saline (cf. autres ressources).

Naturellement isolées de la surface par d’importantes épaisseurs d’argile, les nappes du Pliocène sont à priori bien protégées. Fortement sollicitées depuis les années 60, le niveau d’eau de ces nappes a cependant baissé et des problèmes qualitatifs sont apparus.