Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au menu "En pratique" | Aller aux liens divers | Aller à la recherche
Accueil Bons gestesPesticides : apprenons à nous en passer !

Pesticides : apprenons à nous en passer !

 

Les pesticides nous entourent, sans que nous en soyons toujours conscients. Dans notre vie quotidienne ils ne sont pas indispensables et peuvent être remplacés par des alternatives efficaces. Voici quelques clés.

Un pesticide, kesako ?

PNG - 142.6 ko
Les pesticides voyagent et contaminent l’environnement »
Conseil Général des Pyrénées-Orientales

Un produit phytosanitaire, ou phytopharmaceutique, est un produit utilisé pour tuer ou repousser un être vivant considéré comme nuisible. Il peut s’agir d’éliminer des végétaux (herbicide), des insectes (insecticides), des rongeurs (rodenticide), des champignons (fongicides), des vers....Lorsque ces produits sont retrouvés dans l’environnement, on parle de pesticide. Les pesticides peuvent se retrouver dans de nombreux compartiments de l’environnement : eau, air, sol, aliments…

Où se cachent les pesticides ?

Saviez-vous que nombre de nos produits quotidiens contiennent des pesticides ? C’est bien sûr le cas de certains produits de jardin (désherbant, anti-limaces…) mais aussi des produits de protection du bois, des shampoings anti-poux, des bombes contres les moustiques, des papiers colle-mouches etc. Les communes en utilisent également pour l’entretien des espaces verts, voiries, cimetières...ces produits ruissellent rapidement sur les surfaces imperméabilisées et peuvent rejoindre nappes et rivières. Les agriculteurs emploient des pesticides pour lutter contre les espèces indésirables des cultures, et parfois en élevage, pour lutter contre les parasites.

Se passer de pesticides : un plus pour la santé et l’environnement !

Les pesticides sont dangereux pour la santé : ils peuvent dans certains cas intoxiquer immédiatement l’utilisateur (toxicité aiguë), ou, parfois, entraîner des effets à plus long terme, à travers l’alimentation par exemple (toxicité chronique). Leur rémanence dans l’environnement est parfois élevée : 30 ans après son interdiction, on retrouve encore du DDT dans le lait maternel !

Mais leur présence n’est pas une fatalité, et chacun au quotidien peut agir pour les remplacer par d’autres solutions. Il existe bien souvent des alternatives plus respectueuses de la santé et de l’environnement, qui passent souvent par un changement de comportement.

A la maison

 Courgette avec paillage  - JPEG - 31.1 ko
Courgette avec paillage

Mieux vaut prévenir que guérir !

De nombreuses méthodes de jardinage permettent d’éviter d’avoir plus tard à traiter les problèmes (herbes non désirées...). Parmi d’autres :

  • le paillage : empêche le développement de "mauvaises herbes"
  • une bonne aération du sol : permet à la faune qui y vit de bien se développer, et de participer à lutter contre les maladies
  • choisir des plantes locales : elles résisteront mieux à la sécheresse et aux maladies
  • préserver la biodiversité : laisser des espaces favorables aux insectes "utiles" du jardin. Ils seront vos alliés dans la lutte contre les pucerons !

De nombreux sites web donnent une information complète sur les alternatives au jardin (exemple : Guide du jardinage sans pesticides)

Concernant l’entretien de la maison, voir par exemple le site de Raffa.

Changer de point de vue...

Parfois, il est également nécessaire de faire un pas de côté et d’imaginer d’autres manières de procéder. Les "mauvaises" herbes de l’allée sont-elles vraiment gênantes ? Ne participent-elles pas aussi à l’ambiance de votre maison ? Bref, repenser notre rapport à la nature dans la ville !

Dans les villes

 Désherbage manuel par le service Espaces Verts du Conseil Général 66 - JPEG - 39.4 ko
Désherbage manuel par le service Espaces Verts du Conseil Général 66

Les espaces verts peuvent être entretenus de manière écologique, notamment en pensant leur conception à la base pour éviter l’emploi de pesticides. Les techniques sont les mêmes que pour le jardinage à la maison : paillage, arrosage au goutte-à-goutte, choix d’espèces locales...

Certaines communes se sont d’ailleurs lancées dans des opérations « Zéro phytos ».

Désherbage_manuel.jpeg (Désherbage manuel par le service Espaces Verts du Conseil Général 66).

En agriculture

Certains agriculteurs se sont engagés à ne plus utiliser de pesticides de synthèse, en se convertissant à l’agriculture biologique. Les cultures biologiques représentent 6% de la surface cultivée en Roussillon.

D’autres ont opté pour une solution intermédiaire, la protection intégrée, qui consiste à réduire l’utilisation de pesticides sans l’abandonner pour autant.

Diminuer ou abandonner les pesticides en agriculture demande souvent un changement radical dans les choix de techniques culturales, et nécessite un temps d’adaptation important.

Dans les entreprises

Les entreprises aussi sont consommatrices de pesticides, pour leurs activités industrielles ou commerciales, ou tout simplement pour entretenir leurs bureaux ou espaces verts par exemple.

 Haut de page