Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au menu "En pratique" | Aller aux liens divers | Aller à la recherche
Accueil ForagesForage agricole

Forage agricole

 

L’agriculture dans la plaine du Roussillon nécessite d’être irriguée, à de rares exceptions près. Mais l’irrigation ne se traduit pas nécessairement par l’utilisation des eaux souterraines. Quand cela s’avère nécessaire, il est important de suivre les procédures administratives et surtout de s’assurer que l’ouvrage est réalisé correctement.

La réalisation d’un forage est-elle pertinente ?

 Forage agricole équipé d'un compteur  - JPEG - 18.1 ko
Forage agricole équipé d’un compteur

Avec près de 30 millions de m3 pompés chaque année, les forages agricoles représentent le deuxième usage des nappes de la plaine du Roussillon.

Dans la plaine du Roussillon, les acteurs de l’eau ont défini, en concertation, une stratégie pour l’irrigation agricole : celle-ci doit privilégier, quand cela est possible, les prélèvements dans les canaux et retenues superficielles ou, à défaut, dans les nappes peu profondes du quaternaire. Les nouveaux prélèvements dans les nappes profondes du pliocène ne sont plus autorisés.

Avant la réalisation d’un ouvrage agricole, il est donc nécessaire de s’assurer qu’il n’existe pas une ressource superficielle disponible à proximité (canal, réseau sous pression etc.).

Les étapes de réalisation d’un forage agricole

  • Vérifier que la réalisation de forage est autorisée dans le secteur envisagé. Dans certaines zones, la réalisation de forage n’est en effet pas autorisée, ou à une profondeur limitée, en raison par exemple de la présence d’un captage d’eau potable à proximité.Pour le savoir, vous pouvez vous adresser à la mairie de la commune concernée ou prendre contact avec le Syndicat Mixte.
  • Réaliser un dossier « Police de l’Eau » à soumettre aux services de l’Etat . Ce document doit estimer les besoins, justifier et décrire les travaux envisagés, mesurer l’impact du prélèvement sur les nappes et vérifier sa compatibilité avec les différents documents d’orientation (SDAGE, SAGE). Il est généralement réalisé par un professionnel (hydrogéologue/bureau d’études). Si les débits de prélèvement envisagés sont supérieurs à 8 m3/h, le projet est soumis au régime de l’autorisation préfectorale et une enquête publique devra alors être réalisée.
  • Faire réaliser le forage dans les règles de l’art, si l’autorisation est donnée par les services de l’Etat.
  • S’assurer que le foreur réalise une déclaration de l’ouvrage auprès du service des mines de la DREAL, si le forage est supérieur à 10 m.
  • Mettre en place un système permettant de comptabiliser les volumes prélevés (compteur) et tenir à jour un registre.